S'informer

_____________


Lettre d'information


Ethique
» Paroles de philosophes
» Paroles de théologien
» Message de Justice & Paix
» Paroles d'église
» Message d'évêques
» Paroles de prêtre
» Conférence de carême

Politique
» Discours du président
Économie
» Immigration, trésor oculte
» Immigration dans l'UE
» Immigration pour l'UE

Ouvrages et dossiers
» Enquête journal LA CROIX
» Cette France-là
» Enzo Bianchi
» Immigrants
» État des lieux 2012
» Causes communes 72
» L'invention de l'immigré
» Vivre ensemble
» Atlas des migrations
» Rapport INSEE
» Un imam en colère
» Le Mythe de l’islamisation 

Expertise
   Les experts
» Catherine DE WENDEN

» François HÉRAN
» Gérard NOIRIEL
» Lionel RAGOT
» Maryse TRIPIER
» Patrick WEIL
» Intervenants aux SSF
» François GEMENNE

   Rapports d'experts
» Rapport du CERAS
  • Synthèse
  • Contenu
» Rapport du HCI

» Publication de l'INED
» Rapport du CRID
  • Synthèse
  • Document
» Lettre du CEPII
» Conférences des SSF
  • 85e session
  • Conclusion
  • Session 1997
» Rapport OCDE
» Chiffres et émigration

Qu'as-tu fait de ton frère musulman ?
» Roucou Christophe
» Relations avec l'Islam
» Peur de l'Islam
» Religion musulmane
» Sondage sur l'Islam
» Message du Pape François
» Islamophobie
» Le prêtre et l'imam
» Malek Chebel
» Tareq Oubrou


Qu'as-tu fait de ton frère roms ?
» Amnesty international
» CNDH Romeurope
  • Composition
  • Historique
  • Textes européens
  • Guide
  • Rapport
» Secours catholique
  • Intégration
  • Pas d'amélioration
» Romonfaitquoi
  • Présentation
  • Propositions
» Église catholique

Fantasmes, mensonges et manipulations
» Mensonges et fantasmes du FN
» Fantasmes et manipulations
» Immigration et délinquance
» Mythe de l'Islamisation

Carton rouge
» Étrangers malades
» Enfermement enfants
» Fabrique d'une idée fausse
» Témoignages en préfecture
» Enfants des campements
» Famille en rétention
» Plus de devoirs, moins de droits
» Rapport rétention 2011
» La France et l'étranger


Coups de
» CEDH
» Site sur les migrations
» À la rencontre du frère
» Les cercles de silence
» Capitaine au secours de migrants
» Femmes musulmanes de la LICRA



L'INTÉGRATION DE L'IMMIGRÉ : NI ASSIMILATION, NI EXCLUSION


Par le cardinal Veglio


Anne Kurian


ROME, mardi 11 septembre 2012 (ZENIT.org) – L’intégration se situe entre deux extrêmes : « l’assimilation », qui « porte préjudice à l’identité du sujet et du groupe ethnique émigré », et « l’exclusion », qui « marginalise les personnes de la société majoritaire », souligne le cardinal Veglio.

Le cardinal Antonio Maria Veglio, président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, est intervenu sur le thème « Immigration : de l’urgence à l’intégration » au cours d’une rencontre internationale pour la paix, organisée en Bosnie-Herzégovine (Sarajevo) par la communauté de Sant’Egidio du 9 au 11 septembre 2012, dans l’esprit de la rencontre d’Assise voulue par Jean-Paul II en 1986 (cf. Zenit du 10 septembre 2012)

Selon l’Organisation internationale pour les migrations, quelque 214 millions de personnes sont aujourd’hui impliquées dans le phénomène de la migration, indique le cardinal Veglio.
L’intégration : ni assimilation, ni exclusion.

Dans son service pastoral en ce domaine, l’Eglise ne s’adresse pas « seulement aux croyants » mais à « tous les hommes », explique-t-il, elle entend en ce sens « promouvoir un “humanisme planétaire” », selon les mots de Paul VI, « pour le développement de tout l’homme et de tous les hommes ».

Définissant la relation entre l’immigré et la nouvelle société qui l’accueille, l’Eglise invite à « l’intégration ». Ce terme a une valeur « relative » et peut être « éclairé avec d’autres réalités comme l’insertion, la participation, l’inclusion et même la communion », précise le cardinal.
L’intégration se situe entre les deux extrêmes, fait-il observer : « l’assimilation », qui « porte préjudice à l’identité du sujet et du groupe ethnique émigré », et « l’exclusion », qui « marginalise les personnes de la société majoritaire, avec le risque de créer des situations de ghetto qui favorisent la dégradation et parfois la délinquance ».

L’objectif final des « processus d’intégration » devrait être le passage de « sociétés multiculturelles », où les peuples et cultures sont « les uns à côtés des autres et juxtaposés », à des « sociétés interculturelles », où les cultures et les groupes ethniques « interagissent entre eux, avec valorisation réciproque et échange mutuel », explique le cardinal.

Il invite en ce sens à passer du « pluralisme culturel », fait de tolérance et de respect, à la forme « pleine et audacieuse » de l’inter-culturalisme dans « l’échange des valeurs, comme inter-fécondation entre cultures diverses ».

Le problème est « complexe », admet-t-il, notamment à cause des « rapports difficiles entre culture dominantes et cultures minoritaires ». En outre, l’intégration est « avant tout une question de relations entre personnes de diverses appartenances et identités ». En d’autres termes, « ce ne sont pas les diverses cultures qui se rencontrent ou s’opposent, mais les personnes qui en sont porteurs ».

L’intégration est donc « un processus de toute la société », qui doit inclure la « dimension économique, sociale, politique et religieuse du phénomène » et impliquer « les diverses appartenances – ethniques, nationales, religieuses, politiques, professionnelles », souligne le cardinal.

Eviter une double équivoque

Pour l’Eglise, l’intégration est également à différencier d’une « double équivoque », poursuit le cardinal : la première consiste à penser que « l’intégration se fait sur un plan uniquement humanitaire, comme réponse aux urgences ». Si ce premier cadre d’intervention est « important », cependant il doit aller plus loin en promouvant « l’homme intégral ».

La seconde équivoque concerne la fonction de « suppléance » : même si elle intervient dans le domaine de l’assistance, l’Eglise « n’a pas pour but de combler un vide et de pallier l’absence des institutions publiques ». Or elle est parfois « seule à gérer des situations d’urgence et à défendre la dignité humaine des migrants », déplore le cardinal.

Si l’Eglise vise à « répondre aux besoins primaires de la vie des migrants », elle agit également avec la conscience qu’elle doit « continuer après la première intervention, dans un climat de dialogue et de collaboration avec toutes les institutions », insiste le cardinal.
La suite de « l’urgence » est en effet un « itinéraire indispensable sur le chemin de l’intégration des migrants ». Pour cette intégration, l’Eglise invite à adopter des « politiques migratoires adéquates », qui assurent la « stabilité » et garantissent à tous la « protection de leurs droits », et la conscience de « leurs devoirs ».

L’Eglise n’a certes pas de « compétences particulières » dans l’élaboration de ces politiques, souligne-t-il, mais elle reste attentive afin que les mesures des Etats « s’inspirent des droits fondamentaux » humains. Ensuite, il revient aux chrétiens de « concrétiser ces orientations », selon leurs compétences spécifiques.

Le cardinal encourage aussi à « élaborer une nouvelle voie pour l’intégration, non comme « solution étudiée autour d’un bureau », mais comme « expérimentation d’un processus de cohésion et participation », en ayant conscience que « la présence des migrants n’est pas passagère mais structurelle » et qu’elle est « une grande ressource pour le chemin de l’humanité », selon Benoît XVI.

Par ailleurs, les « organisations de jeunes » jouent un « rôle clé » dans les politiques d’immigration, constate-t-il, car « les jeunes ont orienté la conscience commune, d’une perception négative à une perception positive des migrations ».
Apprendre à « vivre unis dans la diversité et dans la multiplicité des cultures, des ethnies et des religions » est « un des défis les plus engageants du troisième millénaire », conclut le cardinal.

Télécharger pdf Télécharger le message du Cardinal Veglio
Poids 216 Ko

 

 

Haut de page


Agir

_____________


Actions et propositions
des réseaux de solidarité

  Les réseaux de solidarités

» CCFD
» CERAS
» CIMADE
» CRID
» SNPM
» FTA
» GISTI
» LDH
» RCI
» Secours Catholique
» ANAFÉ
» SRI
  • Mission
  • Textes
  • Livres

  Propositions
» Inventer une politique d'hospitalité
» Réforme sur le droit d'asile

  Outils d'éducation
» Musée de l'immigration
  • Les grandes questions
  • Le projet
» Boutiques
» Pédagogiques de CCFD
» Campagne du CCFD
» Outil des écoles
» Le guide de la CIMADE
» Manuel de l'enseignant
» Exposition Demain le monde
» Site modèle Migrations
» À la rencontre du frère

» Université d'été de la SI
» Centre de formation FTA

  Outils d'animation et de sensibilisation
» La SSI
» Festival Migrant'Scène
» Droits des Roms
» Film MONTBELIARD
» Film CARAVANE 55
» Film LITTLE SENEGAL
» Film SAGA DES IMMIGRES
» Artiste Slam

» Soirée débat

» Festival cinéma et migration


Actualités et événements
» Oser la Fraternité

» Festival Migrant'scène
  • La Pirogue
  • Les éclats
  • Terraferma
» JMMR 2012
» Projet de loi
» JMMR 2013

» Journée Mondiale du Migrant 2014
  • Présentation
  • Affiche
  • Tract
  • Message du Pape

Événement du mois d'avril
» Apprendre à vivre ensemble en Europe

Construire ensemble une Europe fraternelle
» Présentation

Pour une nouvelle politique
» Évêques de France
» CCFD
» Secours Catholique
» CIMADE
» EMMAÜS
» FTA
» DPPDM
» Cardinal Veglio
» Circulaire régularisation
» Accueil des migrants

Plaidoiries
» Protégeons les enfants
» Polémique sur les étrangers
» Accueil dans la dignité

Dialogue interreligieux, chemin de la fraternité
» Musulmans et chrétiens solidaires
» Les Etats Généraux contre le radicalisme religieux
» L’Esprit d’Assise
» Association Coexister
» Questions et réponses sur l'Islam
» Témoignages d’une intellectuelle algérienne Karima Berger


Qui sommes-nous ? Contact    Flux rss  
quastufaitdetonfrere.com © 2017