S'informer

_____________


Lettre d'information


Ethique
» Paroles de philosophes
» Paroles de théologien
» Message de Justice & Paix
» Paroles d'église
» Message d'évêques
» Paroles de prêtre
» Conférence de carême

Politique
» Discours du président
Économie
» Immigration, trésor oculte
» Immigration dans l'UE
» Immigration pour l'UE

Ouvrages et dossiers
» Enquête journal LA CROIX
» Cette France-là
» Enzo Bianchi
» Immigrants
» État des lieux 2012
» Causes communes 72
» L'invention de l'immigré
» Vivre ensemble
» Atlas des migrations
» Rapport INSEE
» Un imam en colère
» Le Mythe de l’islamisation 

Expertise
   Les experts
» Catherine DE WENDEN

» François HÉRAN
» Gérard NOIRIEL
» Lionel RAGOT
» Maryse TRIPIER
» Patrick WEIL
» Intervenants aux SSF
» François GEMENNE

   Rapports d'experts
» Rapport du CERAS
  • Synthèse
  • Contenu
» Rapport du HCI

» Publication de l'INED
» Rapport du CRID
  • Synthèse
  • Document
» Lettre du CEPII
» Conférences des SSF
  • 85e session
  • Conclusion
  • Session 1997
» Rapport OCDE
» Chiffres et émigration

Qu'as-tu fait de ton frère musulman ?
» Roucou Christophe
» Relations avec l'Islam
» Peur de l'Islam
» Religion musulmane
» Sondage sur l'Islam
» Message du Pape François
» Islamophobie
» Le prêtre et l'imam
» Malek Chebel
» Tareq Oubrou


Qu'as-tu fait de ton frère roms ?
» Amnesty international
» CNDH Romeurope
  • Composition
  • Historique
  • Textes européens
  • Guide
  • Rapport
» Secours catholique
  • Intégration
  • Pas d'amélioration
» Romonfaitquoi
  • Présentation
  • Propositions
» Église catholique

Fantasmes, mensonges et manipulations
» Mensonges et fantasmes du FN
» Fantasmes et manipulations
» Immigration et délinquance
» Mythe de l'Islamisation

Carton rouge
» Étrangers malades
» Enfermement enfants
» Fabrique d'une idée fausse
» Témoignages en préfecture
» Enfants des campements
» Famille en rétention
» Plus de devoirs, moins de droits
» Rapport rétention 2011
» La France et l'étranger


Coups de
» CEDH
» Site sur les migrations
» À la rencontre du frère
» Les cercles de silence
» Capitaine au secours de migrants
» Femmes musulmanes de la LICRA

Rapport du 12 avril 2011 du Haut Conseil à l’Intégration.
La France sait-elle encore intégrer les immigrés ?

Ce rapport de 153 pages est publié à la Documentation Française et peut être trouvé in extenso sur internet. Notre site appelle votre attention sur l’intérêt du contenu d’un texte approuvé par de hautes personnalités dont on ne peut mettre en cause l’objectivité ; Nous en reproduisons ci-dessous la présentation et les conclusions ; Nous soulignons ici les conclusions suivantes :
• « on ne peut préconiser l’intégration sans s’en donner les moyens réels ; c’est une politique continue : de l’accueil des primo-arrivants au suivi des immigrés déjà présents et de leurs enfants : s’agissant d’un enjeu majeur pour la pays, il faut considérer que c’est une véritable politique, qui doit être pilotée par une agence de l’intégration qui aurait une vision globale et assurerait la continuité de l’action publique »

• « il revient aux Pouvoirs Publics de faire preuve d’une plus grande détermination dans la mise en œuvre des politiques d’intégration ; il est indispensable de continuer avec résolution à faciliter l’accompagnement des immigrés et de leurs enfants vers le droit commun ; il en va de notre cohésion. »

PRÉSENTATION

En France, un habitant sur cinq est immigré, ou enfant d’immigré. La question de l’intégration est devenue majeure. Chargé par le Premier ministre d’examiner vingt ans de politique d’intégration, le Haut Conseil à l’intégration (HCI) a voulu dresser un bilan lucide. Et avancer des propositions, parfois iconoclastes, pour tenter d’enrayer les phénomènes de désintégration.

Il est bon de rappeler que l’intégration n’est pas un problème que l’on résout, mais un processus qui ne s’achève jamais. Près de 180 000 personnes arrivent en France chaque année. Quand les uns sont intégrés, d’autres entament tout juste ce cheminement. La politique d’intégration les accompagne. Elle est à l’image des politiques sociales, un instrument de cohésion nationale. D’autant que l’intégration d’une vague d’immigration ne se constate vraiment qu’une génération plus tard. On l’a oublié, mais on jugeait les Italiens « voleurs ». Les Polonais étaient parfois qualifiés de « fanatiques religieux repliés autour de curés obscurantistes ». Les Espagnols et les Portugais furent aussi considérés avec méfiance.
Tous forment la France d’aujourd’hui.

Selon les dernières données de l’INSEE, la France compte ainsi 5 million d’immigrés (personnes étrangères nées à l’étranger) auquel il convient d’ajouter 6,5 millions d’enfants d’immigrés dont 3,4 millions sont eux-mêmes nés à l’étranger et 3,1 millions sont nés en France. Au total, ce sont donc 11,5 millions de personnes immigrées ou d’enfants ayant au moins un parent immigré qui résident en France, soit 19 % de la population française.

L’intégration à la française, ça marche !

Autrefois, on le disait aveuglément, fiers de notre modèle. Depuis, le pessimisme s’est imposé et il est communément admis que l’intégration ne fonctionneplus ! En réalité, si l’on considère des indicateurs tangibles, comme le niveau de diplôme obtenu par les générations suivantes, la mobilité sociale, les mariages exogames, la majorité s’intègre, se fond dans la foule et disparaît des écrans. C’est en France que les immigrés et leurs enfants se sentent aussi le plus intégrés.

Le HCI relève un chiffre selon lui très marquant de la réalité de l’intégration des immigrés dans notre pays, au regard des exemples étrangers : 65 % des descendants d’immigrés vivent en couple avec des personnes de la « population majoritaire ». De façon générale, ce sont les hommes descendants d’immigrés qui épousent des femmes de la population majoritaire.
On y observe que seuls 16 % d’immigrés ayant la nationalité française ont peu ou pas le sentiment d’être Français, ce qui est bien inférieur, semble-t-il à d’autres enquêtes effectuées à l’étranger, mais ils sont encore 10 % à être dans ce cas pour les descendants de deux parents immigrés qui sont pour le plus grand nombre Français par le droit du sol.

La liste des immigrés ou enfants d’immigrés devenus célèbres est longue. Pour n’en citer que quelques-unes de A à Z, et chacun pourrait compléter à l’envi : Isabelle Adjani, Charles Aznavour, Alima Boumedienne, Jeannette Bougrab, Jean-Marie Cavada, François Cheng, Rachida Dati, Djamel Debbouze, Gad Elmaleh, Louis de Funès, Max Gallo, Romain Gary, Eugène Ionesco, Tahar Ben Jelloun, Marin Karmitz, Francis Lemarque, Edgar Morin, Yannick Noah, Michel Platini, Yazid Sabeg, Jo-Wilfried Tsonga, Albert Uderzo, Sylvie Vartan, Manuel Valls, Koffi Yamgnane, Rama Yade, Zinedine Zidane.

Encore plus nombreux sont ceux qui, n’ayant pas connu la gloire, ont réussi leur intégration en France. Ce sont ceux qui souffrent souvent de l’image déformée que les comportements de certains jeunes délinquants, clairement identifiables comme issus de l’immigration, font peser sur l’immense majorité qui a, sans bruit, « joué le jeu » de l’intégration.

Car les ratés de l’intégration, même minoritaires, sont particulièrement graves et douloureux. Lorsqu’une partie de la jeunesse des banlieues développe une contre-culture hostile à la France, se montre violente, les dégâts sont impressionnants.
Lorsque certains revendiquent des droits particuliers qui heurtent la laïcité et la conception que nous avons de l’égalité homme-femme, les frictions sont fortes. La méfiance s’installe. Et ce terreau nourrit les craintes et les extrémismes.

Le HCI a tenté d’apporter des solutions concrètes

La France a besoin de mieux se connaître.
Ces dernières années, des groupes communautaires ont plaidé pour que l’on instaure des statistiques ethniques, présentées comme la condition du changement, l’outil indispensable pour lutter contre les discriminations. Le HCI s’est maintes fois prononcé contre cette classification ethnique de la population car la France n’est pas une société raciale. Les métissages sont nombreux et valorisés.

Les effets délétères d’un tel classement qui fige les identités ethniques, semblent bien supérieurs à l’éventuel bénéfice. En revanche, le HCI propose que la statistique publique récolte des données géographiques sur les immigrés et leurs enfants. L’INSEE pourrait demander lors du recensement le lieu de naissance dela personne et de ses parents.

Ces données géographiques, objectives, permettront de mieux appréhender la réalité française, la concentration des immigrés dans certaines régions, la mobilité sociale de leurs enfants… Ces statistiques géographiques seront réservées à la statistique publique et aux chercheurs, à deux exceptions près : le logement social et les élus.


S’attaquer réellement aux ghettos communautaires

Un immigré sur cinq (19 %) vit dans une ZUS, soit près d’un million de personnes.
La proportion d’immigrés y est 2,5 fois supérieure à la moyenne nationale (18,3 % contre 7,3 %). Bien entendu, ici encore, ces chiffres ne prennent pas en compte les enfants d’immigrés nés en France, et devenus, de ce fait,Français.

Pour 4,6 millions d’habitants de ces quartiers en 2004, un quart fait partie de ménages dont la personne de référence est étrangère. 83 % des immigrés résidant en ZUS sont originaires de pays tiers à l’Union européenne. Les pays les plus représentés sont l’Algérie (21,5 %) et le Maroc (20,1 %) ainsi que la Turquie.

Les communautés se rassemblent naturellement au départ, pour s’entraider. Puis chacun évolue selon ses possibilités. Mais le logement social a figé les parcours. Désormais, certains immigrés se transmettent presque les appartements de père en fils. Les enfants s’installent dans le parc HLM, dans les mêmes cités, ce qui renforce encore la concentration. Dans certaines classes, comme à Évry, les enfants dont le français est la langue maternelle sont minoritaires…

En Grande-Bretagne, des études menées par le Comité pour l’égalité raciale ont montré qu’au-delà de 20 % de personnes de la même origine dans un quartier, l’intégration se faisait difficilement. Le HCI propose que pour éviter les ghettos, principal obstacle à l’intégration, les offices HLM disposent du lieu de naissance du demandeur et de ses parents. Le HCI est bien conscient que cette mesure va à l’encontre de l’égalité de traitement qui aurait dû prévaloir.

Chacun aimerait que la mixité se réalise naturellement. Mais ce n’est pas le cas : les concentrations communautaires se renforcent dans le logement social. On rencontre beaucoup plus de familles africaines ou maghrébines dans lesensembles les plus dégradés. Ce qui alimente grandement le communautarisme, subi ou revendiqué.
La Cour des comptes avait déjà évoqué cette question délicate du peuplement sans oser préconiser des mesures précises. C’est justement pour éviter cette relégation que le HCI propose que les HLM disposent de données pour mieux répartir les demandeurs notamment dans les quartiers les plus valorisés. Les préfets seront chargés de veiller à la bonne mixité sociale.

La gestion des flux d’immigration

Contrairement à ce qui est souvent affirmé, la France reste un pays d’immigration. En 2008, elle a ainsi délivré 183 893 titres de long séjour à des ressortissants de pays tiers à l’Union européenne.

Le HCI considère qu’il faut être lucide et transparent dans la gestion des flux d’immigration. Car la bonne intégration repose aussi sur une immigration maîtrisée. Si des primo-arrivants s’installent sans cesse dans des zones où les immigrés sont nombreux, les chances d’intégration s’amenuisent. Car c’est par le brassage, au travail et dans le quartier, que se construit petit à petit l’intégration.
Il propose que les parlementaires régulent les arrivées en fonction des possibilités d’accueil, par région.

Par ailleurs, le HCI propose de renforcer les exigences pour l’accueil d’un conjoint étranger. Le mariage est devenu la première porte d’entrée en France. Les mariages avec un conjoint du pays d’origine sont nombreux et posent la question de l’intégration.
Certaines familles résistent ainsi à l’assimilation en faisant venir une bru ou un gendre du pays d’origine. Si l’État ne doit pas s’immiscer dans l’intimité des couples, il peut vérifier qu’il ne s’agit pas de mariages forcés. Et renforcer les conditions pour accueillir un conjoint, comme pour le regroupement familial. Il faudra disposer d’un logement et d’un revenu, avant de faire venir l’époux ou l’épouse ; car on constate régulièrement de graves problèmes sociaux dans ces ménages.

Une politique d’intégration qui ne se limite pas aux primo-arrivants

Le HCI rappelle enfin qu’on ne peut préconiser l’intégration sans s’en donner les moyens réels. C’est une politique continue. De l’accueil des primo-arrivants au suivi des immigrés déjà présents et de leurs enfants parfois. S’agissant d’unenjeu majeur pour le pays, il faut considérer que c’est une véritable politique, qui devrait être pilotée par une Agence de l’intégration 1, qui aurait une vision globale et assurerait la continuité de l’action publique.

(1) Elle serait chargée de l’intégration des immigrés sans limite de durée, de l’apprentissage de la langue française comme des valeurs de la République et du mode de vie en France, de la promotion de la diversité culturelle, de l’accès aux droits et de la médiation interculturelle. Au plan local ces actions d’intégration devraient s’inscrire également dans les contrats urbains de cohésion sociale (CUCS).

Conclusion : une ardente obligation d’intégration

Le Haut Conseil à l’intégration rappelle que l’objectif de cet avis n’est pas de dresser un bilan détaillé de l’ensemble des actions d’intégration menées depuis vingt ans dans notre pays, mais, principalement, de mettre l’accent, au plus près de la réalité et sans tabou, sur les points positifs comme sur les obstacles à l’intégration des immigrés pendant cette période. Au terme de ses travaux, il souhaite souligner trois idées forces, traversant l’ensemble de ses analyses et qui lui sont apparues au fil de ses déplacements, de ses auditions, de nombreuses lectures et de discussions approfondies, parfois animées, entre les membres de son collège.

• En premier lieu, le Haut Conseil a pu constater que l’intégration, « ça marche», même s’il s’agit d’un processus complexe qui s’inscrit dans la durée et, de cefait, n’était pas toujours perceptible.

Dès lors que l’immigration se traduit pardes arrivées régulières et ininterrompues, la politique d’intégration se doit d’êtrepérenne, tout en s’adaptant aux nouvelles caractéristiques de cette immigration,aujourd’hui celles d’une immigration familiale, hier de travailleurs, et de plus en plus diverse, en raison de la mondialisation.
Si, à titre individuel, le processus d’intégration peut avoir un terme, en revanche, le mouvement d’immigration et d’intégration ne prendra jamais fin. Les politiques d’intégration ne sont donc jamais achevées et doivent se renouveler en permanence. Dans une nation d’intégration comme la France, elle est une condition indispensable à sa cohésion.

• En deuxième lieu, si l’intégration a permis à des générations d’immigrés de s’intégrer en France et de se fondre dans le creuset français, il n’empêche qu’elle rencontre aujourd’hui de réelles difficultés que nous n’avons pas voulu occulter :
– une immigration régulière, nombreuse, accompagnée souvent d’une immigration irrégulière qui s’installe sans pouvoir ou vouloir s’intégrer.
– une concentration dans des zones géographiques comme l’Île-de-France et dans des zones d’habitat dégradées.
– des difficultés d’ordre culturel qui interpellent la société française, en particulier la question des femmes et celle des pratiques de l’intégrisme islamique.

C’est avec lucidité que nous avons signalé ces graves difficultés, voire ces résistances à l’intégration qui nous ont été présentées avec inquiétude.
Mais, nous ne doutons pas qu’elles soient surmontables.


Face à ces défis, il revient aux pouvoirs publics de faire preuve d’une plus grande détermination dans la mise en oeuvre des politiques d’intégration. Certes,beaucoup a été fait en vingt ans grâce à l’accueil et au contrat d’intégration, àla lutte contre les discriminations, à l’égalité des chances dans l’éducation, à la prise en compte de la diversité dans les médias, ou encore avec la création d’une Cité nationale de l’histoire de l’immigration qui révèle notre histoire commune.
Il est indispensable de continuer, avec résolution, à faciliter l’accompagnement des immigrés et de leurs enfants vers le droit commun. Il en va de notre cohésion.


Haut de page


Agir

_____________


Actions et propositions
des réseaux de solidarité

  Les réseaux de solidarités

» CCFD
» CERAS
» CIMADE
» CRID
» SNPM
» FTA
» GISTI
» LDH
» RCI
» Secours Catholique
» ANAFÉ
» SRI
  • Mission
  • Textes
  • Livres

  Propositions
» Inventer une politique d'hospitalité
» Réforme sur le droit d'asile

  Outils d'éducation
» Musée de l'immigration
  • Les grandes questions
  • Le projet
» Boutiques
» Pédagogiques de CCFD
» Campagne du CCFD
» Outil des écoles
» Le guide de la CIMADE
» Manuel de l'enseignant
» Exposition Demain le monde
» Site modèle Migrations
» À la rencontre du frère

» Université d'été de la SI
» Centre de formation FTA

  Outils d'animation et de sensibilisation
» La SSI
» Festival Migrant'Scène
» Droits des Roms
» Film MONTBELIARD
» Film CARAVANE 55
» Film LITTLE SENEGAL
» Film SAGA DES IMMIGRES
» Artiste Slam

» Soirée débat

» Festival cinéma et migration


Actualités et événements
» Oser la Fraternité

» Festival Migrant'scène
  • La Pirogue
  • Les éclats
  • Terraferma
» JMMR 2012
» Projet de loi
» JMMR 2013

» Journée Mondiale du Migrant 2014
  • Présentation
  • Affiche
  • Tract
  • Message du Pape

Événement du mois d'avril
» Apprendre à vivre ensemble en Europe

Construire ensemble une Europe fraternelle
» Présentation

Pour une nouvelle politique
» Évêques de France
» CCFD
» Secours Catholique
» CIMADE
» EMMAÜS
» FTA
» DPPDM
» Cardinal Veglio
» Circulaire régularisation
» Accueil des migrants

Plaidoiries
» Protégeons les enfants
» Polémique sur les étrangers
» Accueil dans la dignité

Dialogue interreligieux, chemin de la fraternité
» Musulmans et chrétiens solidaires
» Les Etats Généraux contre le radicalisme religieux
» L’Esprit d’Assise
» Association Coexister
» Questions et réponses sur l'Islam
» Témoignages d’une intellectuelle algérienne Karima Berger


Qui sommes-nous ? Contact    Flux rss  
quastufaitdetonfrere.com © 2017